* Site officiel de l'Amicale de Mauthausen - déportés, familles et amis
ACTUALITÉS

 

INFORMATION

– Depuis le mois de mars, retrouvez
le premier mercredi de chaque mois,
de nouvelles actualités. –

À noter également que les BULLETINS de l'année 2017 sont EN LIGNE.



L’ANNÉE COMMÉMORATIVE DÉCIDÉE PAR LES AUTORITÉS FÉDÉRALES AUTRICHIENNES

1918 / 1938 / 1948 : tels sont les repères, fixés par les autorités autrichiennes, d’une ambitieuse démarche qui va ponctuer l’année. Heinz Fischer, président fédéral jusqu’en 2016, personnalité consensuelle, est à la tête du dispositif.

Un pays doit être au clair avec son histoire, l’assumer entière, et bien sûr tirer les leçons – exigence à toujours remettre en chantier. Pour l’Autriche, de tous côtés, on s’accorde à considérer que la tâche est considérable, tant les habitudes y sont de temporiser, chercher à tout prix les compromis qui permettent de continuer sans rien bousculer. Hors d’Autriche, mesure-t-on les cataclysmes pourtant subis par les Autrichiens au cours du siècle dernier – sans que les apparences de sociabilité, le panache d’une « apocalypse joyeuse », en aient été chamboulés. Subsiste, à coup sûr, une conscience collective, au prix parfois du refoulement : la culture, art d’accommoder les restes ; la bienséance de l’oubli, en y sacrifiant la vérité. Une année donc de retour sur soi. Le contexte politique est-il une opportunité, ou déjà une impasse annoncée ?

1918 : l’Autriche, vaincue de la Grande guerre, vécut aussi l’effondrement de l’empire – pas seulement du régime dynastique, mais surtout de la géographie, de siècles de rayonnement au centre de l’Europe d’une puissance plurilingue, à l’identité ouverte, volontiers débonnaire. L’Autriche, désormais ce petit territoire à la capitale hypertrophiée.

1938 : l’Anschluss (« rattachement » – invasion, ou absorption désirée par beaucoup, dans une perspective pangermaniste – voir le récit d’Éric Vuillard, L’ordre du jour (bulletin n° 349, juillet 2017, Goncourt 2017). Disparition de l’Autriche, rien moins, devenue province du IIIe Reich, et donc aussi, en passant, abolition de la république (certes, elle n’avait pas été exemplaire, et même s’était vite reniée dans l’« austrofascisme » !), au profit de la soumission à l’ordre totalitaire nazi, dont les juifs furent la première cible. Le 12 mars, les troupes allemandes. Le 15, Hitler de retour au pays, acclamé au balcon de la Hofburg à Vienne. Un engloutissement comme peu de nations européennes en ont connu. Pour notre part, en mai, nous commémorerons le 80ème anniversaire de la création du camp de Mauthausen, où furent conduits en 1938 des détenus allemands, en 1939 les premiers Tchèques et des Polonais en plus grand nombre, en 1940 des républicains espagnols, en 1941 des Soviétiques, et la suite… : 1938 est aussi une date inscrite dans la mémoire des peuples d’Europe. La France « accueillit » des réfugiés autrichiens, qu’elle interna en 1939, et dont elle n’est pas quitte du sort qu’ensuite il leur fut fait (pour quelques-uns : Mauthausen…).

1948 : Déclaration universelle des Droits de l’Homme. Les autorités autrichiennes ont choisi cet ancrage, plutôt que, par exemple, 1955, date de récupération d’une pleine souveraineté, après le départ des armées d’occupation. En 2018, l’Autriche officielle affiche européisme et universalisme. Aux antipodes des slogans nationalistes du FPÖ – jeu compliqué : qui triche ?

[…]

début du texte de Daniel SIMON,
à retrouver intégralement dans le bulletin n°352 de l’Amicale, courant avril 2018



PRIX DE RECHERCHE MAUTHAUSEN MEMORIAL

En septembre 2018, le Mémorial de Mauthausen présentera le tout premier prix de recherche du Mémorial de Mauthausen. Le prix sera décerné pour des recherches exceptionnelles sur l'histoire du complexe de camp de concentration de Mauthausen et sur des sujets connexes. Le prix, d’un montant de 5000 €, peut être partagé entre deux gagnants.
Une attention particulière sera accordée à la promotion des chercheurs en début de carrière. La série Mauthausen-Studien, publiée par le Mémorial de Mauthausen, offre une plate-forme supplémentaire pour la publication de travaux qui méritent un soutien particulier.

Le Mémorial de Mauthausen vise à promouvoir la recherche dans les domaines suivants :

– Recherche sur l'histoire du camp de concentration de Mauthausen, du camp de Gusen et de tous les camps annexes.
Recherche sur l'histoire des sous-camps du camp de concentration de Dachau sur le territoire autrichien d'aujourd'hui.
Recherche interdisciplinaire sur tous les types de camps de l'ère nazie liés à l'histoire du complexe de concentration de Mauthausen, par exemple les camps d'extermination, les camps de travail, les camps de travaux forcés, les camps de travaux forcés pour les Juifs, Camps de la Gestapo, camps d'internement de la police et camps de prisonniers de guerre.
Recherche sur les institutions liées au camp de concentration de Mauthausen, par exemple l'histoire du système pénal sous le national-socialisme.
Biographies ou biographies collectives de personnes ou de groupes ayant un lien avec l'histoire du complexe de concentration de Mauthausen, par exemple des « groupes de prisonniers » dans les camps de concentration national-socialistes.
Recherche sur la culture mémorielle et l'histoire de l'après-guerre du camp de concentration de Mauthausen.

Dans la mesure du possible, les documents de recherche sur les sujets énumérés ci-dessus devraient être non publiés ; si ce n'est pas le cas, la date de publication ne doit pas être antérieure à trois ans avant la date de soumission. Les thèses et dissertations académiques sont les bienvenues. Les articles doivent être soumis sous forme électronique avec un CV et un résumé (500 mots maximum) avant le 31 mai 2018 à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. . Les travaux peuvent être faits dans n'importe quelle langue ; les documents rédigés dans une langue autre que l'allemand ou l'anglais doivent être accompagnés d'un résumé complet en allemand ou en anglais d'environ 5.000 mots, sur lequel les travaux seront évalués. Tous les travaux seront examinés par un jury. Le prix sera décerné en septembre 2018.



MELK

Un important travail vient d’être effectué par une équipe associative locale pour produire et rendre disponible une note d’informations concernant le camp de Melk, annexe de Mauthausen (1944-1945) : histoire, possibilités de visite, références.
On peut lire ce document (13 pages), actuellement en allemand seulement, http://www.melk-memorial.org.

Mais l’Amicale avait été sollicitée, il y a quelques semaines, pour revoir une première traduction française, ce qui fut fait (par Claude Simon, Sylvie Ledizet, Caroline Ulmann) et transmis aux concepteurs. La mise en ligne de la version française est annoncée pour « bientôt ».



DES TRACES ET DES GESTES,
Mémoires européennes des camps nazis

Documentaire de 52 minutes de Bernard Obermosser et Jean-Louis Roussel,
une production de l’Amicale française de Mauthausen,
janvier 2018

Plus de 70 ans après leur libération, les sites des anciens camps nazis ne sont pas déserts : les visiteurs y sont nombreux, les rendez-vous commémoratifs sont empreints d’une étonnante énergie. Ce deuxième âge de la mémoire n’est pas réductible à une forme inattendue de tourisme.

Ce film, qui n’est pas un recueil de témoignages sur la déportation, propose d’entendre quelques acteurs de ces pratiques, parmi les plus impliqués. Décodant les rituels officiels et les pratiques inventives qui émergent, il s’attache à repérer les gestes sociaux, à formuler du sens. Contribuant certes au souvenir du passé, mais surtout observant le présent. Qu’on en ait clairement conscience ou non, les sites concentrationnaires nazis sont désormais inscrits dans l’espace culturel de notre continent.

L’observation porte principalement sur l’ancien camp de Mauthausen, en relation constante avec ce qui s’accomplit en d’autres lieux, Buchenwald, Ravensbrück, Natzweiler-Struthof, Auschwitz.

 


MAUTHAUSEN, L'AUTRICHE, L'EUROPE

2009 : graffiti sur le mur d'enceinte du camp
« Ce que le juif était pour nos pères, l’engeance musulmane l’est pour nous.
Soyez sur vos gardes ! 3e guerre mondiale – 8e croisade
»
(traduction Jean-Marie Winkler)

Les cendres des 5.000 Français morts dans le réseau du camp de Mauthausen sont en terre autrichienne. Les rescapés n’ont eu de cesse de faire connaître le crime nazi et lutter pour la « solidarité internationale ». Depuis plus de 70 ans, l’Amicale de Mauthausen a ainsi acquis une longue pratique de la société autrichienne et y a développé des partenariats et amitiés fertiles. L’inquiétude est grande devant une situation politique où l’un des ministres héritiers du nazisme – qui veut textuellement « concentrer » les migrants – est en charge des nécropoles, mémoriaux et archives du camp !

>> lire l'article de Daniel Simon



 
LE TROISIÈME MONUMENT

Le site du Troisième Monument fonctionne de nouveau.

>> Toutefois, pour toute précision ou demande d'information,
nous vous invitons à contacter le secrétariat de l’Amicale

 

>> haut de page

 

contacter le Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

mentions légales

 
CALENDRIER

Voyage du 73ème anniversaire,
4-8 mai 2018

L'Amicale ravive la Flamme,
5 mai 2018, Arc de Triomphe

Voyage au Loibl/Ljubelj,
juin 2018


RETROUVEZ-NOUS SUR...


 
Visiter le camp

Vous souhaitez vous rendre à Mauthausen ?

>> quelques indications ...

 
Librairie

dernier bulletin paru :
n° 351 (janvier  2018)

>> une et sommaire

pour avoir accès à l'intégralité du bulletin, n'hésitez pas à...

... adhérer à l'Amicale

prochain bulletin :
avril 2018

à noter :
les bulletins 2017 sont en ligne !

>> BULLETINS EN LIGNE


Vojtěch JASNÝ
J'ai survécu à ma mort
Amicale de Mauthausen /
Mille et Une Productions, 2016


>> en savoir plus


Christian TESSIER / Daphné DEDET
Du Loibl-Pass à la Brigade Liberté
La Clé du Chemin, 2015


>> en savoir plus

Henri LEDROIT
La graisse mais pas les os
Éditions de l'Écluse, 2014


>> en savoir plus

>> CATALOGUE

>> BON DE COMMANDE